Province du Sud-Kivu I Portail Officiel

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

Province du Sud-Kivu

Territoire d'Uvira

 

 ProvinceSud-Kivu
 Superficie3 146 km²
 Taille estimée de la population1 165 092 hab.

(source: Rapport annuel 2020 du territoire d’uvira)

Données géographiques

L’Ordonnance loi n° 21/91 du 28 février 1938, modifié par           Ordonnance loi n°67-221 du 03 Mars 1967.

 

Localisation

   Entre 3°20’ et 4°20’ de latitude Sud, 29° et 29°30’ de longitude

Territoires et/ou pays limitrophes:

  • Au Nord : Territoire de Walungu
  • Au Sud : Territoire de Fizi
  • A l’Est : Le territoire est connecté au Burundi, à La Tanzanie et la Zambie via la rivière Ruzizi et le lac Tanganyika
  • Ouest : Territoire de Mwenga et de Walungu.

A l’Est du territoire, on a la Rivière de Ruzizi et Lac Tanganyika, les deux constituent des limites communes avec le Burundi, La Tanzanie et la Zambie.

Climat 

Le territoire d’Uvira offre un climat semi-aride. Selon la classification climatique de Köppen Wladimir :

Les entités comme Lubarika, Uvira, Kiliba, Luberizi sont dans la zone tropicale de basse altitude Aw1-3, altitude ne dépassant pas 1000 m. La pluviosité annuelle atteint 1600 mm. Une partie du Territoire d’Uvira est située dans les Hauts plateaux d’Uvira, de Sange et de Katobo qui est comprise dans la zone tropicale de haute et moyenne altitude (entre 1000 et 2800 m) avec une pluviosité annuelle de 1600 mm

Saison 

Une période sèche s’étend de Mai à Octobre, pendant laquelle deux ou trois orages amènent un peu de pluie ; la période humide s’étend de novembre à mai.

Type de Sol 

Les sols sont très sableux, par endroit sablo limoneux, rarement argilo sablonneux.

Le bassin nord-ouest du lac Tanganyika qui englobe le Territoire d’Uvira est caractérisé par des affleurements des roches très anciennes (Précambrien) et très récentes (Quaternaires).

En bref, un examen morphologique rapide des terres de cette plaine de la Ruzizi qui occupe une grande partie du Territoire d’Uvira suggère la classification suivante : Terres noires du groupe de Tchernozium ; des sols du genre Solontchak et des sols alcalins.

Température

La température moyenne mensuelle de l’air est comprise entre 22,5° et 25°C ; les moyennes mensuelles des températures maxima journalières croissent en fin de saison sèche (30,5° à 32,5° en septembre) tandis que les moyennes mensuelles des températures minima journalières sont les plus faibles pendant la moitié de la saison sèche (14,5° à 17°C en juillet).

L’insolation relative mensuelle oscille généralement entre 35 et 60 % d’octobre à avril et entre 50 et 80 % de mai à septembre, juillet est le mois le plus ensoleillé.

Végétation 

 Dans le territoire d’Uvira, il existe cinq types principaux de végétation :

  • Les marais et les prairies mouleuses (à prédominance des toutes sortes des macrophytes ou roseaux);
  • Les savanes herbeuses à prédominance Imperata cylindrica, Hyparrhenia spp, Eragostis spp, Brachiaria ruziziensis et Pennisetum spp constituent les principales réserves pastorales et agricoles des agriculteurs et éleveurs autochtones;
  • Les savanes boisées avec des Acacia kirkii essentiellement; – Les bosquets xérophiles ;
  • Les forêts, qui n’existent plus qu’à l’état de reliques, spécialement dans les zones de transition entre la savane et la forêt par exemple.

Hydrographie 

L’hydrographie de la Cité d’Uvira et la plaine de la Ruzizi est caractérisée par plusieurs rivières d’importance variable. La plus importante d’elles est la rivière Ruzizi, reliant le lac Kivu au lac Tanganyika.

Elle récolte les eaux des plusieurs rivières venant des collines du Burundi et de la partie ouest de la plaine de la Ruzizi. En voici les plus importantes en ce qui concerne la partie congolaise : la rivière Luvimvi à Katogota, la rivière Luvubu à Lubarika, la rivière Luvungi à Luvungi, la rivière Luberizi à Luberizi, la rivière Sange à Sange et la rivière Runingu à Runingu en ce qui concerne la plaine de la Ruzizi en Territoire d’Uvira.

Les rivières qu’on rencontre dans la Cité d’Uvira sont : les rivières Kiliba (se jette dans la Ruzizi), Kavimvira, Mulongwe et Kalimabenge sont les trois grandes rivières qui traversent la Ville d’Uvira pour se jeter directement dans le lac Tanganyika.

Particularités et richesses du territoire

1. Particularité et richesses du territoire 

Particularité Physique

Le territoire est limitrophe à 4 Pays : Rwanda, Burundi, Tanzanie et Zambie. Les deux derniers étant via le lac Tanganyika qui constitue la limite naturelle.

Particularités Culturelles

Pouvoir traditionnel : le pouvoir est détenu par le Mwami qui est assisté par les membres de   sa famille qui sont nommés chefs de groupements par le mwami.

Système de parenté : Le système de parenté dans les trois chefferies (Bavira, Bafuliru et de la Plaine de Ruzizi) est le patriarcat. Le père est le chef de la famille et à sa mort il est succédé par son fils aîné.

Le mariage chez les Bavira et les Bafuliru : Actuellement, la dot est discutée entre les deux familles soit en nombre des vaches ou chèvres (chez les Bafuliru) mais souvent elle est convertie en argent (dollars) dont le montant peut atteindre parfois 3.000 dollars américains. Après le versement de la dot, on passait à la cérémonie du mariage

2. Richesses du territoire :

Le sous-sol du Territoire d’Uvira renferme :

  • La Cassitérite à Lemera et Luvungi
  • L’Or à Luberizi et à Bijombo
  • L’Aigue-marine à Ndolera
  • Le Fer dans la montagne de Munanira
  • L’Améthyste à Kalungwe

Mais tout ceci est inexploité. Alors l’exploitation artisanale y bat son plein. Des kilos et des kilos des produits sont exploités, mais ceci étant fait dans l’informel, aucune statistique n’est disponible sur cela. 

  1. Grandes tribus
  2. Les Bavira,
  3. Les Bafuliru et les
  4. Barundi de la Plaine de la Ruzizi.

A celles-ci s’ajoutent d’autres tribus venant des Territoires voisins (les Bembe du territoire de Fizi, les Banyamulenge des territoires de Fizi et Uvira ; les Banyindu et les Warega du Territoire de Mwenga et les Bashi du Territoire Walungu etc.) d’autres provenant d’autres provinces telles que le Katanga, le Maniema (Bangubangu, Babuyu de Kabambare), l’Equateur, le Bas Congo, etc.

Langues parlées dans ce territoire
  • LE  FULIRO
  • LE KIJOBA 
  • LE KIVIRA
  • LE KISWAHILI

Le FULIRO est une langue parlée de Kiliba à la rivière Ruvimvi. Le KIJOBA est une langue parlée de kalyamabenga à la Sanza, jadis frontière entre Vira et Bembe. LE KIVIRA est une langue hybride issue de la rencontre du Fuliru avec le Kijoba qui est parlée depuis Kalyamabenga jusqu’à la Kiliba. D’autres langue comme le Mashi, le Kibembe, et le Kinyerwanda (Kinyamulenge) y sont parlées mais de façon secondaire. Particulièrement le Swahili est celle qui unit tous ces groupes et est la langue la plus parlée.

Principales activités
  1. Agriculture
  2. Elevage extensif de bœufs, porcs, chèvres et de la volaille.
  3. Le petit et grand commerce
  4. La vente des produits agricoles et des produits de première nécessité
  5. La pêche 

L’agriculture est l’activité principale de la population en Territoire d’Uvira. Celle-ci se rend en dehors de la Cité, spécialement en groupement de Kijaga, Kalungwe, Kitundu, Kabindula, Katala, Kagando et Muhungu où elle a des champs. L’agriculture vivrière constitue le monopole de cette activité agricole. 

 A côté de l’agriculture s’aligne un élevage extensif de boeufs, porcs, chèvres et de la volaille. Le petit et grand commerce occupe aussi une portion importante de la population. La vente des produits agricoles et des produits de première nécessité en provenance de Bukavu, Burundi, Tanzanie et Zambie constitue le circuit commercial de la population en Cité d’Uvira et de ses environs. 

La pêche se pratique principalement dans le Lac Tanganyika, de façon artisanale. Les espèces des poissons capturés sont ; Le tilapia, Mikeke, Frétins ou Sardines, Capitaine silures. La pêche industrielle est inexistante et les gros poissons restent éternellement dans le fins fonds des eaux du Lac.

Pour les importations, les 9 premières marchandises clés à l’importation sont les suivantes : Farine de froment, Sucre de canne, Riz décortiqué, Sel iodé, Huile végétale, Tomates, Piles, Parties et accessoires des véhicules et véhicule.

 

Accessibilité du territoire

RoutesOui
Voies aériennesNon
Biefs navigablesOui
TrainNon

La Route Nationale N°5

Est l’unique route principale qui relie la Cité d’Uvira à la ville de Bukavu au Nord via les escarpements de Ngomo malheureusement non entretenus et au Sud elle relie Uvira à Kalemie en passant par Baraka et Fizi. Cette RN5 est en grande partie en mauvais état.

Le Port de Kalundu

Est le 2ème Port international congolais situé à l’Est du Congo sur le lac Tanganyika. C’est un port international par ce qu’il connecte la RDC aux pays voisins. Citons : le Burundi, la Tanzanie, et Zambie.

Malheureusement ce port qui pourtant fort nécessaire à la province et au territoire vu son emplacement stratégique n’est pas entretenu. Même le dragage nécessaire à l’accostage des bateaux n’est pas fait. En conséquence, la quai est presque toute couverte de sable, et les armateurs préfèrent, ou plutôt se voient contraints d’aller accoster dans des ports privés.

Le chemin de fer du grand Lac

A été construit en 1902 en sigle « C.F.L » et sa longueur était de : 78 km de parcours.  Des voies ferroviaires, il n’existe plus que des hangars abandonnés et des rails sont utilisés pour les poteaux, facilitant ainsi le passage des câbles électriques dans les quartiers et avenues et les rames rouillées dont plus de 90% ont été volés pour être utilisés sur les toilettes rustiques ou fosses arabes. Bien sûr, le chemin de fer n’existe plus et le train non plus.

Réseaux de communication
AfricelNon
AirtelOui
OrangeOui
TigoOui
VodacomOui

Ces 4 réseaux de télécommunication fonctionnent correctement dans la cité d’Uvira. Mais plus on s’en éloigne, moins on reçoit le signal. Particulièrement en plein pleine de la Ruzizi, le signal est juste inexistant.

Attraits touristiques
ParcsOui
Jardins botaniquesNon
Jardin zoologiquesNon
Chutes d’eauxNon
Sites touristiquesNon
Sites sacrésNon

Autres (à préciser)

  • Les eaux thermales de Kagando   (Fonctionnel)
  • Le Port international de Kalundu  (Fonctionnel)
  • Le sel de Marais de Luvungi     
  • Le Mont MUNANIRA  (très moins visité, difficulté d’accès)
  • Le petit lac Lungwe    (moins visité)
  • Les escarpements de Luhanga  (à 20Km de la cité
  • Etang de mwaba avec un grand étang piscicole contenant des poissons et une pièrre jouant correctement le rôle d’un pont.
  • Sel marais de Luvungi
  • Eau thermale de Masuza à Kakamba avec eau chaude
  • Mont Munanira en chefferie de Bavira avec hauteur élevé et source d’eau au sommet
  • Les escarpement de Luhanga au bord du Lac Tanganyika
  • Chute d’eau Rulija et de Kaholoholo avec grande chute d’eau rapide et très fraiche à Marungu, groupement de Kigoma

Ces sites cités ci-haut constituent des attraits touristiques. Malheureusement, tous ces sites ne sont ni construits, ni aménagés et ni réhabilités.

Le Jardin botanique appartient au Centre de Recherche en Hydraulique (CHR). Horsmis le CRH, les autres lieux sont tous éloigné du centre du territoire. Avec le temps, des photos seront fournies.

Espèces phares de la faune
  1. Poissons.

La faune des mammifères et des oiseaux exotiques qui peuplaient la vallée de la Ruzizi et les hauteurs des collines environnant cette vallée a été décimée depuis longtemps par la population en quête de bois de chauffe. Les espèces qui ont pu échapper au massacre se sont réfugiées au Burundi spécialement les espèces vivant dans les zones aquatiques. Citons entre autres : les antilopes, les hippopotames, les crocodiles, les oiseaux aquatiques qui se sont réfugiés dans la réserve de la Rusizi (ou Ruzizi en swahili) de l’Institut National pour l’Environnement et la Conservation de la Nature (INECN) du Burundi. Au lac Tanganyika, la faune piscicole, l’une des plus riches et des plus diversifiées du monde est constituée de plus de 400 espèces des poissons dont plus de 70% d’elles sont endémiques spécialement dans la famille des poissons Cichlidae qui vivent principalement dans la zone côtière. Ces poissons, avec leurs prédateurs constitués des grands poissons communément appelés Sangala ou capitaine sont d’une grande valeur économique avec un potentiel de 200.000 tonnes de prise par an pour toute la cote congolaise.

Source : Monographie du territoire d’Uvira, Octobre 2009.

  1. Le tourisme : Le territoire est plein des sites d’attraits touristiques dont la construction et l’aménagement attirerait plus des touristes et génèrerait suffisamment des recettes au territoire, à la Province et donc au Pays. Plus encore cela permettrait de créer des emplois pour la population du territoire. La division du tourisme dénombre plus de 7 sites d’attraits touristiques à même d’attirer des touristes. Le tourisme constitue donc une opportunité d’investissement dans le territoire.
  2. L’agriculture : Vue la disponibilité des terres arables et leur accessibilité. Cela dit, d’un côté, ces dernières sont déjà une propriété privée des grands concessionnaires pour lesquels certains d’entre eux font payer l’accès des terres aux paysans pauvres en majorité, et d’autres ne veulent tout simplement pas louer leur terres. De l’autre côté, l’agriculture qui s’y pratique est non industrielle. Conduisant à une sous-exploitation des sols disponible. Ainsi, le territoire est obligé d’importer des produits dont il est lui-même capable de produire. Le Riz par exemple, c’est un produit cultivé dans la plaine de la Ruzizi mais en quantité très faible ne permettant pas de couvrir les besoins alimentaires des ménages. C’est ainsi que les grandes sociétés de la place comme KOTECHA, DATCO importent le riz  du Pakistan pour suppléer à la production locale.  Un investissement dans l’agriculture moderne serait donc très rentable pour tout agent économique intéressé.
  3. L’artisanat : est une niche encore porteuse d’opportunité d’investissement. Peu sont les agents économiques qui y investissent et les rare qui y sont n’améliorent pas la qualité de service vu la faible intensité de la concurrence. Actuellement des maisons comme AMI CONGO s’y investissent et d’après l’OPEC (Bureau du territoire), les affaires semblent plutôt bien marcher. D’ailleurs de trois entreprises ayant un encours de crédit du FPI (Fond pour la promotion de l’Industrie) sont dans ce secteur avec « la minoterie MK » ou la Rizerie « TABLISCO ». Parmi les demandeurs de crédit dont les dossiers sont en cours au FPI, il y a aussi La Savonnerie « YESU NI JIBU », la Scierie « MUKULIMA » la boulangerie « KATONIE ». Avec cet engouement à y investir, d’aucun dira que c’est un secteur attirant dans le territoire et qui suscite déjà la curiosité des opérateurs économiques.
  4. L’offre de l’énergie :

La cité se développe et la demande en énergie croit, alors que l’offre de l’énergie de la SNEL décroit ou au mieux stagne. Nombreux sont les activités qui sont bloquées par manque d’énergie. La scierie, les acticité nécessitant la conservation des produits, l’artisanat et autres. Une offre d’énergie, peu importe la nature privée ou publique de l’offreur serait rentable vu la demande chaque jour élevée des ménages et entreprises. D’ailleurs c’est l’une des raisons pour lesquelles la vente des groupes électrogènes et des panneaux solaires fleurit dans la cité et la construction de microcentrale-hydroélectrique croit dans les milieux ruraux. Le rapport 2014 dénombre 13 microcentrale-hydroélectrique et générateurs collectifs (7 microcentrales et 6 générateurs collectifs) sur le territoire dont 5 sont en construction, 6 sont opérationnels et 2 sont en panne. En attendant, nombreux sont les entrepreneurs qui cherchent à investir mais dont les activités nécessite le stockage et la transformation mais sont limités par la fourniture d’énergie.

  1. L’élevage et la pêche. Le lac Tanganyika est potentiellement riche en produits halieutiques. Plus de 300 espèces de poissons répertoriés dans ce Lac. Mais la pêche qui s’y pratique est traditionnelle et les gros poissons restent pour toujours au fond de l’eau. L’élevage aussi est porteur de potentialités d’investissement. La plaine de la Ruzizi offre un cadre approprié pour l’élevage et la demande en produit d’animaux d’élevage ne fait que croitre étant donné l’augmentation croissante de la population du territoire, mais aussi la demande d’autres territoire et particulièrement la ville de Bukavu.

L’offre de l’eau potable cause problème, et c’est seulement un pourcentage faible de la population qui est desservit en eau potable. D’après le Président de la FEC, seulement 1% de la population du territoire a accès à l’eau potable de la Regideso.

Mais pour tout ceci, un travail colossal doit être fait en amont. En effet, les opérateurs économiques sont confrontés à une multiplicité des taxes combinée à une hausse de ces dernières. Si on ne considère que la douane, l’arrêté du président qui propose 4 services à la douane n’est pas respecté. Actuellement, et d’après ces opérateurs économiques de la FEC/Uvira, 27 services sont à la douane, au mois au Port de Kalundu. Et chacun de ces services cherche à se faire payer une taxe. Cela décourage l’entrepreneuriat dans le territoire d’Uvira.

Aussi, les infrastructures sont en très mauvais état. Les taxes sont perçues par les services de l’Etat, mais les retombées ne sont pas visibles. Les opérateurs économiques se plaignent du fait qu’Uvira n’est toujours pas une ville pour pouvoir gérer ses recettes afin de travailler pour la population. Répondre à Bukavu sur tous les points, vu le statut du territoire, semble inefficace pour booster le développement et créer des opportunités d’investissement.  (les dires de ces opérateurs).

Source : Entretien avec les opérateurs économiques et les responsables du territoire

Bukavu la Belle

Découvrir la splendeur de tous les beaux endroits de la Province du Sud-Kivu.

Partager sur :

Abonnez-vous pour
Plus de contenu Texte et vidéos |

Abonnement réussi! Ops! Une erreur s'est produite

Pour ne rien manquer de nos activités. Inscrivez-vous à notre newsletter.

Tu t'es inscrit avec succès Ops! Veuillez réessayer

Documents

Annuaire de tous les gouverneurs

Magazine Echos de la Province

Arrêtés du Gouverneur

Discours et allocutions du Gouverneur

Comptes rendus conseil des ministres

Documents juridiques

© 2022 Tous droits réservés Celcom Gouvernorat